Peggy Frey: La Gangirl 100% positive

Gangirls with talent

Peggy Frey: La Gangirl 100% positive

Cela faisait longtemps que l'on attendait notre fameux BIZOU avec Peggy Frey. Alors qu'elle est venue nous rendre visite dans notre boutique du marais il y a quelques jours, nous en avons profité pour inverser les rôles et faire de Peggy une de nos Gangirls, à travers une interview et surtout un mini shooting dans les rues de Paris. Prêtes pour découvrir la plus positive des GANGIRLS?
Bonjour Peggy, merci de répondre à nos questions! Qui es-tu? Peux-tu nous en dire un peu plus sur toi?

Je m’appelle Peggy, j’ai 41 ans, je suis maman de 2 enfants et je suis journaliste de mode depuis plus de 15 ans. J’ai commencé comme pigiste pour plusieurs magazines, et Madame Figaro m’a embauchée il y a 15 ans. Je leur ai posé ma démission quand je suis partie m’installer à la campagne pour gérer les allers-retours comme je voulais, mais ils m’ont gardé à la pige et cela s’est très bien passé. Je vie à la campagne depuis 10 ans. Nous avons quitté Paris quand notre fille Pia a eu un an. A l’époque ils ont installé des TGV entre Paris et Reims et le temps de trajet était de 40minutes alors on s’est dit pourquoi pas Reims ? On a trouvé un petit bois et on y a fait construire une maison en bois.

 

Depuis tu t’es lancé à ton compte, comment se passe la transition vers « l’entrepreneuriat » et ta nouvelle vie en tant que journaliste indépendante ?

J’ai pris ma décision de quitter Madame Figaro en novembre dernier, pour plein de raisons différentes. J’ai eu 40 ans et je me suis dit qu’il fallait que j’entame autre chose ; j’avais l’impression d’arriver au bout d’un cycle et de devoir en lancer un nouveau. J’ai quand même pris un an à prendre ma décision et l’été dernier avant de partir en vacances, je me suis dit, « avant Noel je suis partie ». C’était une décision difficile à prendre mais que je ne regrette pas du tout car je suis libre de travailler avec qui je souhaite et j’ai la chance d’avoir gardé des liens avec les marques avec qui je bossais avant. Aujourd’hui je m’éclate. Je travaille beaucoup avec les marques qui viennent me voir, soit dans le cadre d’une mission de conseil pour leur compte Instagram ou leur contenu, soit pour faire des Story Take-over, comme ce que j’ai fait avec Bonpoint. Et du coup j’ai une vraie liberté de choisir les personnes avec qui j’ai envie de bosser, ce que j’ai envie de raconter et surtout ce qui est génial, c’est qu’ils viennent me chercher en disant, tu ne changes rien, tu restes comme tu es, et ça c’est super parce que je ne suis pas obligée de jouer un rôle.

Le truc qui me rend vraiment heureuse c’est quand je croise des followers dans la rue et qu’ils me disent : c’est vraiment chouette parce que tu nous fais découvrir la mode et le luxe sans snobisme et avec humour. Je me suis toujours dit que la vie était trop courte pour se prendre la tête. Je sais que tout peut basculer très rapidement du jour au lendemain. J’ai perdu mon père de manière très rapide quand j’avais 20 ans et ce truc ça été un déclic, et je ne veux pas perdre de temps avec des mauvaises personnes ou faire la gueule. Moi je veux juste prendre du plaisir en fait. Et c’est comme cela que je mène mon truc, et je pense que je suis comme cela naturellement.

Quel conseil mode tu donnes à ta fille ? (Pia, on t’adore)

Très bonne question. Je ne lui en donne pas beaucoup mais j’essaye de lui en donner un essentiel, que me donnait ma grand-mère quand j’étais ado, et que je ne comprenais pas à l’époque. Elle me disait toujours « singularise toi ! ». C’est ce que je dis à Pia qui est en 6ème, donc qui est vraiment dans la période mouton, je m’habille comme le voisin, tout le monde a le même sac, porte les mêmes couleurs… C’est un travail du quotidien de lui dire « mais Pia mais en fait tu t’en fout, si toi tu aimes ce truc, c’est que sans doute quelqu’un d’autre va l’aimer. Tu ne peux pas être seule à aimer un truc. Donc souvent je lui dis sors du cadre, éclate toi à porter des choses qui te font sortir du lot. Et qui font que tu n’es pas un mouton. »

Le seul conseil mode que je donne à ma fille c'est celui que me donnait ma grand-mère, c'est "singularise toi". Je lui dis ça car à son âge, en 6ème, elle est dans la période mouton et c'est le moment où j'aimerai qu'elle n'ai pas peur de se démarquer.

Quel est ton prochain voyage?

Cet été on part un mois en famille et je ne sais pas si je vais revenir. Nous allons faire un road trip dans le Montana, on arrive à Seattle, on part parcourir le Montana puis le Yellowstone, on passe dans l’Oregon où on emmène les enfants voir les plages de Twilight et sur les traces de Goonies.

Qu’emportes-tu comme pièce Gang dans ta valise ?

Le pantalon EMI de Caron Callahan, le top Moon de Mara Hoffmann et un bracelet Kyoto Tango.

 

A qui rêverais-tu de faire un BIZOU ?

Beyoncé.  Je mets la barre très très haut, mais j’adorerai interviewer cette femme. C’est une personne hors du commun, une vrai business woman et son mode de vie m’intrigue. J’adorerai l’interviewer et lui faire un bisou du coup.

 

Es-tu une Earlybird ?

Hum, pas vraiment. Enfin si, la semaine je me lève à 6h30 pour commencer à travailler tôt car je me suis rendue compte que c’est à ce moment-là que j’étais efficace. Mais le week-end je traine au lit jusqu’à 10h.

 

Si tu devais diner avec 3 femmes, toute les époques confondues, qui choisirais-tu ?

Caroline Besset dont le style me fascine. Sa personne m’intrigue énormément et j’adorerai savoir ce qu’il se cachait derrière cette femme. Oprah Winfrey que je trouve absolument incroyable et Gwyneth Paltrow. J’adore ce qu’elle a réussi à faire avec Goop. Je suis super intriguée de savoir pourquoi cette nana qui était actrice a switché complètement pour devenir business woman.

 

Le top 3 des pièces que tu as dans ta garde-robe ?

Un pantalon en cuir Rage&Bone, d’il y a 4 ou 5 ans en cuir un peu baggy, que je portes été comme hiver. Une chemise marocaine en coton qui appartenait à mon papa qui est ma chemise doudou, que j’amène partout et que l’adore. Une grosse veste en cachemire 158 fils, très douce avec un imprimé indien, avec un gros col, que je ceinture l’hiver sur pas mal de tenues.

 

Comme tu es un Gangirl des US comme nous, qu’est-ce que tu vas ramener de ton prochain voyage ?

Je suis déjà en train de faire des recherches sur ce que j’aimerai ramener…Dans le Montana on dort dans des espèces de tipi et la déco est très indienne et rustique. Je pense que je vais me ramener des trucs de ce style, très amérindiens, une paire de boots, des coussins. C’est mon mari qui va encore bien se moquer de moi. Et j’irais voir aussi ta marque de bijoux, Another Feather.

Précédent

Les Looks d'Amour

Suivant